Point sur les négociations Presse Magazine

Les négociations ont repris cet été dans la branche presse magazine après plus d’un an d’absence de dialogue social .

Trois thèmes ont été abordés:

  • les salaires minima de la branche
  • l’accord d’intéressement et de participation
  • le renouvellement de l’accord formation.

 Le premier sujet  est prioritaire pour la CFDT: il n’y a pas eu d’augmentation des minima depuis 2013 pour les journalistes et 2015 pour les cadres, employés et techniciens. Aujourd’hui les négociations sont au point mort, les employeurs refusant toute augmentation au prétexte que les salaires réels dans les entreprises ont augmenté régulièrement (remarque : ce que nous ne pouvons pas vérifier) et que la situation économique de la presse magazine s’est beaucoup dégradée.

Si la CFDT ne nie pas les difficultés du secteur, elle estime que le décalage est aujourd’hui trop important entre les salaires réels de certaines entreprises et les minima  de branche. Cela est néfaste pour les salariés mais aussi pour les  plus grandes entreprises qui se voient ainsi concurrencées socialement par celles qui pratiquent les minima. Nous estimons aussi que l’investissement dans l’humain passe par une meilleure rémunération des salariés surtout en  cette période où on leur demande de plus s’investir dans leur travail.

Enfin, depuis 2013, l’inflation se situe autour de 5 %. La perte de pouvoir d’achat est donc conséquente.

Cette volonté des employeurs de ne pas augmenter les salaires de la branche entraîne une situation de blocage, l’ensemble des syndicats faisant de cette augmentation des salaires un préalable pour  renouer le dialogue social sur de bonnes bases.

Une prochaine réunion aura lieu entre partenaires sociaux le 17 octobre.

Comme les autres organisations syndicale, la CFDT suspend donc sa signature de l’accord participation et intéressement.

Elle a néanmoins décidé de ne pas bloquer la prolongation de l’accord formation qui  arrive à échéance à la fin de l’année. La non reconduction de cet accord pénaliserait aussi les salariés.

Pour info : si le rapprochement entre la presse  spécialisée et la presse magazine est dans les tuyaux, il n’a pas débouché, pour l’instant sur des actions ou des négociations concrètes.

Rappel : si le rattachement de la convention collective de la presse magazine (employés/cadres/techniciens) à la presse spécialisée est officialisé, c’est toujours chacune des conventions collectives qui continue à s’appliquer sur les périmètres concernés.